La mouche du brou de la noix

Rhagoletis completa (Cresson)

Ce diptère est originaire d'Amérique du nord (Canada, Etats-Unis, Mexique). En Europe on la retrouve en Allemagne, Italie, Slovénie, Suisse, France (2007).  

Nom scientifique : Rhagoletis completa Cresson

Nom usuel : mouche du brou de la noix

Ordre : Diptera

Famille : Tephritidae.


Fiche technique

Plantes hôtes : 

C'est une espèce qui se nourrit principalement sur le noyer.

Morphologie :

Les adultes : Les adultes mesurent entre 4 et 8 mm, possèdent un corps jaunâtre et noir avec une tâche jaune claire entre les intersections des ailes. Les ailes sont transparentes avec 2 taches noires en forme de trait et une troisième à leur extrémité en forme de L. Les mâles sont légèrement plus petits que les femelles et leurs pattes antérieures sont brun-noir tandis que celles des femelles sont jaunes.

Biologie :

Cette mouche ne possède qu'une génération par an. Les adultes émergent du début juillet jusqu'à la mi-août et peuvent vivre pendant une 40ne de jours. 8 jours environ après l'émergence les femelles s'accouplent. Les femelles pondent de fin juillet à début septembre, une à deux semaines après avoir été fécondées. Elles pondent 300-400 œufs à raison d'une 15ne d'œufs en paquet par fruit. Les larves passent par 3 stades dans le brou dont elles se nourrissent. Après 2 à 5 semaines selon les conditions climatiques, les larves atteignent leur 3ème stade et mesurent 5-7mm. Elles sortent du fruit, tombent au sol et s'enfouissent dans les premiers centimètres et se transforment en pupe jaune-brun de 3-4mm. Rhagoletis completa passe alors l'hiver sous cette forme.

Symptômes et Dégâts :

Les fruits attaqués présentent en début de vol des piqûres de ponte brunes. En général la noix n'est pas attaquée mais pour des attaques précoces, le fruit peut tomber prématurément ou bien rester accroché mais le cerneau peut alors être mal alimenté, se flétrir ou moisir. Pour des attaques plus tardives, la noix n'est pas attaquée (cerneaux consommables) mais le brou se décompose et devient noir, visqueux et laisse des traces noires sur la coque des fruits se qui entraine un déclassement du fruit.Les dégâts constatés sur des parcelles non traitées peuvent représenter 50 à 80% de pertes de récoltes.

Moyens de lutte :

Lors de la découverte d'un nouveau foyer, des mesures de lutte obligatoire devront être prises. Les modalités de la lutte phytosanitaire seront déterminées par les DRAAF/SRAL territorialement compétents. L'utilisation des spécialités commerciales sera notamment encadrée par l'arrêté du 5 juin 2009 « relatif à l'utilisation de traitements dans le cadre de la lutte contre R. ferrugineus, R. completa, P. archon et les larves d'H. Marginalis et d'A. Piceum » (source DGAL/SDQPV/N2010-8205).