Le puceron cendré du pommier

Dysaphis plantaginea

On retrouve Dysaphis plantaginea au Portugal, Espagne, France, Italie, Yougoslavie, Croatie, Bulgarie, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Pologne, Allemagne, Pologne, Danemark, Norvège, Suède, Belgique, Royaume-Uni, Irlande, ...mais aussi en Afrique du Nord, dans les régions d'Afrique tropicale, au Moyen-Orient, et aux Etats-Unis.

Ce puceron produit un abondant miellat sur pommier, sur lequel se deloppe de la fumagine.

Ordre : Homoptera - Famille : Aphididae


Fiche technique

Plantes hôtes :

Dysaphis plantaginea a pour hôte primaire le pommier et pour hôte secondaire le plantain.

Morphologie :

Les adultes aptères mesurent 1,5-3mm de long, sont globuleux et vert foncé à violacé et recouverts d'une fine pulvérulence blanchâtre. Les individus ailés sont vert foncé à noir avec une tache brillante au centre de l'abdomen. Les cornicules située à la base de l'abdomen sont marron foncé, la cauda est très courte et fortement conique. Ils portent de longues cornicules sombres à la base de l'abdomen. Les antennes sont très longues. La queue est très courte, large à sa base et triangulaire.

Biologie :

Dysaphis plantaginea passe l'hiver au stade œuf. Au printemps (à partir de mi-mars ou début avril selon les régions), les œufs éclosent.

Les larves se nourrissent sur les jeunes feuilles en croissance. Ces larves vont donner des femelles matures aptères ou fondatrices.

Ces fondatrices, par viviparité, vont chacune donner environ 70 individus aptères ou virgines (pas de stade œuf, directement des individus formés). Ces virgines vont à leur tour donner des individus aptères et ailés. Les ailés dont le nombre augmente progressivement migrent sur le plantain à partir du mois de mai-juin. Ils engendrent des sexupares aptères qui apparaissent en juillet. Ces sexupares aptères vont donner des sexupares aptères, ailés et des mâles. En septembre, les ailés reviennent sur le pommier. En octobre les femelles sexuées apparaissent et l'accouplement à lieu avec les mâles.

Les femelles fécondées pondent dans les anfractuosités de l'écorce, à la base des bourgeons.

Symptômes et dégâts :

Les prises alimentaires entraînent un enroulement et une déformation des feuilles qui peuvent chuter précocement. Lors de fortes pullulations, la croissance des pousses peut être arrêtée et les rameaux déformés. La chute physiologique des fruits est perturbée, les jeunes fruits restent nombreux sur l'arbre et sont petits et éventuellement déformés. De plus, le puceron rejette un abondant miellat sur lequel se développe la fumagine attirant ainsi les fourmis qui entretiennent alors les colonies et réduisent l'action des auxiliaires naturels.

Moyens de lutte

Les traitements curatifs une fois les colonies installées ne donnent que peu de résultats. Il convient donc de bien positionner les traitements préventifs avant ou après la floraison selon les régions. Pour connaître la liste des produits homologués, consulter le site: http://e-phy.agriculture.gouv.fr